Témoignages

Sophie

20 Septembre 2016

Rentrée 2016 : comment aider mon enfant étudiant à se loger ?

La course au logement étudiant de la rentrée bat son plein depuis quelques mois : ma fille s’installe à Lyon pour y faire ses études supérieures. Dans un contexte de pénurie de logements dans les universités et autres résidences étudiantes, je préfère lui faciliter la tâche en l’aidant à trouver ou à financer un logement. Comment faire ? Zoom sur 4 solutions.

J’achète un studio

Voici une solution simple que facilite davantage encore le niveau très bas des taux de crédit immobilier (comptez en moyenne 1,30 % sur 10 ans et 1,55 % sur 15 ans1). De quoi épargner à ma fille la galère de la recherche d’appartement et lui permettre de se loger en toute tranquillité. Sans compter que d’ici 5 ans environ (soit la fin des études de ma fille), l’investissement sera probablement rentabilisé, surtout dans une ville attractive comme Lyon !

Louer un studio au lieu de l’acheter est une autre solution. Tout dépend du dynamisme du marché immobilier local et de la durée du cursus universitaire : plus il est court, plus la location semble judicieuse. Mieux vaut faire le point avec un expert en immobilier.

Je prête un logement à mon enfant

Si je suis déjà propriétaire d’un logement sur place, résidence secondaire ou bien locatif, je peux y loger mon enfant gratuitement pendant toute la durée de ses études. La loi m’autorise même à reprendre un logement donné en location pour le prêter à mon enfant, à condition d’attendre la fin du bail et de respecter la durée de préavis. Je devrais aussi informer le locataire de ma décision par lettre recommandée avec accusé de réception.

Et si je demandais à ma fille une contribution modérée pour couvrir les charges mensuelles ? Après tout, voilà une bonne façon de la responsabiliser !

Si elle répond à mon obligation d’assistance envers mon enfant, cette solution est à manier avec précaution en présence de frères et sœurs : considérant le prêt de logement comme un avantage, ils risquent d’en demander la prise en compte dans le règlement de ma succession. l’intérêt par exemple de rédiger un testament prévoyant le rééquilibrage de  la situation.

Soumise à l’ISF ? Je pense à la donation temporaire d’usufruit

Mon enfant a besoin d’un coup de pouce financier ou de se loger pendant toute la durée de ses études ? Grâce à la donation temporaire d’usufruit, je lui donne le droit d’habiter mon bien locatif ou de le louer et d’en percevoir les loyers. L’avantage : le bien sort temporairement de mon assiette taxable à l’ISF pour sa valeur en pleine propriété. Des droits de mutation sont toutefois à prévoir, à hauteur de 23 % de la valeur de la propriété par tranche de 10 .

> Lire aussi : Comment réduire votre ISF ?

 

J’aide mon enfant à payer son loyer

Ma fille a trouvé un logement ? Je peux alors lui verser une pension alimentaire qui lui servira entre autres à régler les mensualités de loyer. Une aide déductible de mes revenus imposables dans certaines limites2, à condition que ma fille ne soit plus rattachée à mon foyer fiscal. Ceci dit, il est peut-être plus intéressant pour moi sur le plan fiscal de garder le rattachement de ma fille : je bénéficie ainsi d’une demi-part supplémentaire, ce qui allège mes impôts. Comment choisir entre le rattachement au foyer fiscal et la déduction de pension alimentaire ? Le mieux serait de simuler avec mon banquier privé le montant de mon impôt sur le revenu dans les 2 cas.

Mais attention, là encore, au risque de reclassification en donation par les frères et sœurs. Dans ce cas, l’aide – surtout si elle s’étale sur une longue période – risque d’être réintégrée dans ma succession… au risque que ma fille se sente lésée. Prudence, donc !


1 Source : Empruntis
² Plafond pour 2016 : 5 732 €

 

Vous avez des questions et souhaitez en savoir plus ? Contactez-nous

Vous avez un projet ou un besoin d’investissement ?
Les experts de ODDO BHF sont à votre disposition.

* Champs obligatoires








Vos données à caractère personnel sont collectées par des experts en patrimoine de ODDO BHF aux fins de répondre à vos préoccupations.
Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données, et d'un droit de vous opposer à leur traitement en vous adressant à : contact@ladiesbank.fr.
En aucun cas vos données personnelles sont communiquées à des tiers.

Contact

à lire aussi