Témoignages

Olivia

11 Septembre 2017

J’hérite de mon parrain. Quels sont les risques de conflit avec ses enfants ?

Décédé il y a peu, mon parrain m’a désignée comme seule bénéficiaire de son contrat d’assurance vie. Un geste qui prive ses deux enfants de la majeure partie de son patrimoine. Mon parrain pouvait-il ainsi déshériter ses propres enfants ? Peuvent-ils eux-mêmes saisir la justice pour contester le geste de leur père et demander réparation ? Tout dépend si les sommes transmises sont considérées comme « manifestement exagérées ». Explications.

 

Une générosité sans limite ?

 

Souscrire un contrat d’assurance vie est une technique fréquemment utilisée pour avantager un héritier. Pourquoi ? D’une part, parce que ce placement permet de désigner la personne de son choix, y compris un non héritier, comme bénéficiaire du contrat en cas de décès. D’autre part, parce que le capital transmis est traité hors succession : il bénéficie d’abattements plus importants et reste soumis à des taux d’imposition inférieurs aux droits de succession.

> Lire aussi : notre dossier Une épargne tout terrain avec l’assurance vie

En ce sens, mon parrain avait tout à fait le droit de souscrire un tel contrat pour me transmettre un capital hors succession. Seulement voilà, il existe une limite à cette liberté : en présence d’héritiers réservataires – ses propres enfants – une fraction de son patrimoine leur revient obligatoirement à son décès. Combien ? Les 2/3 du patrimoine, puisqu’ils sont 2.

Si les primes versées sur le contrat sont jugées « manifestement exagérées » et ne respectent pas cette réserve héréditaire, les enfants de mon parrain peuvent agir en justice et demander réparation.

Primes manifestement exagérées ou pas ?

 

Comment savoir si la prime transmise est « manifestement exagérée » ? Cette notion est évaluée au cas par cas en fonction de plusieurs critères :

  • l’importance de la prime et sa date de versement sur le contrat d’assurance vie,
  • l’utilité du but poursuivi par mon parrain en tant que souscripteur du contrat d’assurance vie,
  • et, de manière générale, la situation personnelle, familiale et patrimoniale de mon parrain.

Dans mon cas, la prime représente 90 % d’un patrimoine en immobilier de 2,5 millions d’euros détenu par mon parrain. Cette part a été cédée puis versée il y a 2 ans sur un contrat d’assurance vie qu’il venait tout juste d’ouvrir, à 75 ans.

Vus l’âge tardif de souscription du contrat et le montant des sommes versées, soit la quasi-totalité du patrimoine existant, l’intention de déshériter les enfants semble difficilement contestable. De fait, ils ne recueillent plus que 10 % du patrimoine de leur père, soit bien moins que les 2/3 qui leur reviennent de droit.

> Lire aussi : Assurance-vie : je fais mes versements avant 70 ans, le témoignage d’#Isabelle

> Lire aussi Le témoignage de #Juliette : Ma famille est recomposée, comment organiser ma succession ? 

Et après ?  

 

Si les enfants de mon parrain, s’estimant lésés, recourent à l’action en justice, ce sera au juge de trancher sur cette notion de primes « manifestement exagérées ». Trois scénarios sont alors possibles.

  • Le contrat est jugé incontestable : l’épargne m’est intégralement transmise en tant que bénéficiaire désignée.
  • Seule une partie des primes est jugée exagérée : celle-ci est réintégrée à la succession de mon parrain pour être transmise à ses héritiers. Le reste m’est versé en tant que bénéficiaire du contrat d’assurance-vie.
  • L’ensemble des primes est jugé exagéré : toute l’épargne est réintégrée à la succession, je ne reçois rien.

Vous voulez transmettre un patrimoine dans les meilleures conditions? Nos conseillers sont là pour vous aider !

 

Vous avez des questions et souhaitez en savoir plus ? Contactez-nous

Vous avez un projet ou un besoin d’investissement ?
Les experts de ODDO BHF sont à votre disposition.

* Champs obligatoires








Vos données à caractère personnel sont collectées par des experts en patrimoine de ODDO BHF aux fins de répondre à vos préoccupations.
Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données, et d'un droit de vous opposer à leur traitement en vous adressant à : contact@ladiesbank.fr.
En aucun cas vos données personnelles sont communiquées à des tiers.

Contact

à lire aussi