Dossiers

The Ladies Bank

11 Avril 2018

Savez-vous déchiffrer un fonds de placement ?

Votre portefeuille financier peut contenir soit des titres en direct, soit des parts de fonds d’investissement (également appelé fonds de placement), type OPCVM. Vous êtes-vous déjà demandé de quoi est composé un tel fonds ? Peut-on y distinguer différentes parties ? Qu’est-ce qui change selon la composition du fonds (actions, obligations…) ? Décryptage.

 

Qu’est-ce qu’un fonds de placement ?

Il s’agit d’un portefeuille de titres boursiers (actions, obligations…) géré par des professionnels : un gérant seul ou une équipe au sein d’une société de gestion. Il est détenu collectivement par les souscripteurs des parts du fonds – investisseurs particuliers ou institutionnels – qui en deviennent alors copropriétaires.

En France, il existe plusieurs types de fonds. Les organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) regroupent les sociétés d’investissement à capital variable (SICAV) et les fonds communs de placement (FCP). La différence entre les 2 est avant tout juridique : la SICAV est une société anonyme, le FCP est un régime de copropriété de valeurs mobilières.

Les FCP incluent à leur tour différents fonds spécialisés, comme les fonds d’investissement de proximité (FIP) ou encore les fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI).

Mais il existe d’autres formes juridiques de fonds, comme les :

  • fonds d’investissement alternatifs (FIA),
  • sociétés civiles de placement immobilier (SCPI),
  • sociétés pour le financement de l’industrie cinématographique et audiovisuelle (SOFICA).

 

De quoi est composé un fonds d’investissement ?

Il existe 3 grandes catégories de fonds :

  • les fonds en actions, investis en actions de sociétés cotées en bourse,
  • les fonds obligataires, composés d’obligations émises par les entreprises et les États à moyen et long terme,
  • les fonds monétaires, investis en valeurs à très court terme et en instruments du marché monétaire (billets de trésorerie, certificats de dépôts, bons du trésor…).

Lire aussi :

Actions, obligations, immobilier, hedge funds… Connaissez-vous les différentes classes d’actifs ?

Ainsi, vous pouvez acheter des parts d’OPCVM en actions, obligataires ou monétaires, chacun de ces véhicules proposant une composition spécifique en fonction de la thématique, du style de gestion ou de la couverture géographique du fonds. Par exemple, un fonds actions peut être positionné sur des valeurs de petites capitalisations boursières européennes (ex : Oddo active smaller companies…), ou sur celles de grandes capitalisations boursières japonaises (ex : Oddo Actions Japon…). Un fonds obligataire peut être investi sur des obligations à courte ou à longue échéance. On trouve même des fonds d’investissement socialement responsable (ISR) positionnés sur des entreprises qui contribuent au développement durable.

Enfin, tous les fonds peuvent faire l’objet d’une gestion active (pour réaliser une performance supérieure à celle du marché) ou d’une gestion passive (pour reproduire la performance du marché).

 

Distingue-t-on plusieurs « étages » au sein d’un même fonds ?1

Oui. La plupart des fonds actions et obligataires proposent 2 grandes catégories de parts : les parts de capitalisation et les parts de distribution.

  • Dans le 1er cas, les gains générés par le fonds (dividendes d’actions ou coupons d’obligations) sont réinvestis dans le fonds, dans une perspective d’appréciation future du fonds et de plus-value à long terme.
  • Dans le 2nd cas, les gains sont reversés périodiquement aux porteurs de parts. Les investisseurs en quête de revenus réguliers auront tout intérêt à souscrire cette partie du fonds.

Autre distinction, plus complexe : les parts au profil rendement/risque différent au sein d’un même fonds. On en distingue principalement 2 :

  • les parts couvertes du risque de change dans différentes devises,
  • les parts couvertes du risque de taux sur les fonds obligataires.

Imaginons ainsi que vous souscriviez en euros des parts de fonds actions libellées en dollars américains. Vous pouvez opter pour la part du fonds couverte (hedgée) du risque de change en euro, auquel cas vous ne subirez pas les effets de variation (négatifs ou positifs) du taux de change entre l’euro et le dollar sur la valeur de vos titres américains.

Quant aux parts couvertes du risque de taux sur les fonds obligataires, elles visent à préserver le portefeuille du risque de variation des taux d’intérêt souverains, afin que le rendement du fonds reflète uniquement l’écart entre ce taux souverain et le taux des obligations. Cet écart représente essentiellement le risque de liquidité des obligations ainsi que le risque crédit dans le cas des obligations d’entreprise plus spécifiquement.

La nomenclature d’un fonds donne des indices sur sa composition et sa politique de gestion, par exemple « Actions USA CR-EUR » pour un fonds investi en actions américaines avec une couverture du risque de change euro-dollar. Quoi qu’il en soit, veillez à toujours prendre connaissance de la fiche d’information associée, obligatoire pour tous les fonds.

 

> Besoin d’y voir plus clair dans les fonds d’investissement ? Nos experts vous disent tout !

 

1 Source du paragraphe : http://www.morningstar.fr/fr/news/130955/quelles-sont-les-differentes-parts-dun-fonds-.aspx

à lire aussi